Notre guide suprême nous livre son petit livre rouge ! 

 

Notre expert en aménagement intérieur qui a expédié sur chaque site sa fameuse chaise du client, nous apprend qu’il a un talent : la plume. J’écris donc je pense. « De temps en temps » indique le titre de son ouvrage. 

Un ouvrage à mi-chemin entre l’essai et le coaching qui nous parle du temps, de sa gestion et de sa propension à nous filer entre le doigt. Bref, ce temps perdu qu’on ne rattrape plus. 

Les mauvaises langues diront que les 232 pages pourront servir à caler les chaises bancales du client. C’est très certainement exagéré car encore faudrait-il le lire pour avoir un avis objectif. On attend donc la séance de dédicace de notre petit timonier dans le hall de Malesherbes pour se faire une idée. 

Mais tout de même, à la CGT les questions se bousculent.  

Mon Dieu, mais où diable a-t-il trouvé le temps pour écrire un livre ? Sachant que l’agenda du Directeur Général était trop chargé pour qu’il daigne venir s’expliquer sur son projet de rapprochement des statuts des salariés lors du CSE du 15 décembre. 

Un bouquin sur la gestion du “temps confronté à la précarité de nos agendas », à mettre en miroir avec la demande faite aux gestionnaires santé et prévoyance de travailler le samedi dans le but de répondre, dans les temps, à nos clients. On comprend qu’ici, en termes de droit à la déconnexion, certains sont déjà bien déconnectés ! 

Si le Directeur Général a du temps devant lui, nous lui suggérons de le prendre pour écouter les organisations syndicales AG2R, les confédérations syndicales et leurs représentants qui lui demandent d’abandonner ses absurdes projets de transformation.  

Mais la question la plus importante qui nous vient à l’esprit est celle de savoir qui paye la communication faite autour de la sortie du livre ? 

En effet, c’est par un encart d’une demi-page dans la presse écrite que nous l’avons appris. Notre facétieux écrivain transgressif a choisi Le Figaro plutôt que l’Humanité. Quelle audace ! 

Pourquoi cette idée de « qui paye » ?  

Simplement parce que l’on constate une dérive de la communication de plus en plus mise au service d’un homme plutôt qu’au service du Groupe. Pour preuve l’autre article qui encense, en anglais, le Directeur Général dans “CEO Today”. A l’évidence, ce magazine anglo-saxon, à vocation internationale, n’a absolument aucun intérêt pour l’image de notre groupe. Pourtant, cela a un coût !!! 

Le fait que pour la sortie de son opuscule, il parvienne à caser les problématiques du bien vieillir, peut laisser penser que c’est une façon de légitimer une prise en charge par AG2R de cette communication. Si tel est le cas, on commence à avoir un sérieux problème de conflit d’intérêt ! 

Dernier point, notre peut-être futur Goncourt s’interroge : « Comment bien utiliser son temps pour ne pas passer à côté de sa vie ?». A la CGT, nous avons un début de réponse : Augmenter les salariés, cela leur évitera de devoir faire des heures supplémentaires pour gagner du temps !